Archives de catégorie : Uncategorized

Tanneron, Callian et Montauroux, trois magnifiques villages provençaux, une commune non contiguë et un sillon houiller

écrit par Arthur Starzec

Carte d’État-Major, 1840-1850, IGN Géoportail, https://bit.ly/3bmAuOC

En 1835, la commune de Callian dans le Var céda une partie de son territoire pour créer la nouvelle commune de Tanneron. Jusque-là, un cas habituel de réorganisation administrative. Cependant, un problème apparaît quand nous regardons une carte des deux communes actuelles : elles ne sont pas contiguës. Entre les deux, se trouve le magnifique village provençal, et la commune éponyme, de Montauroux.

Le décret royal du 26 avril 1835 (voir ci-dessous) déclara que « la section de Tanneron est distraite de la commune de Callian, arrondissement de Draguignan (Var), et érigée en commune particulière, qui prendra le nom de commune de Tanneron, et dont le lieu-dit l’Houort sera le chef-lieu. » Aucune mention de Montauroux n’est faite.

Ordonnance royale du 26 avril 1835 (Bulletin des Lois, tome X)

Nous savons avec certitude que Montauroux existe en tant que commune à cette époque et il n’y a aucune documentation sur un éventuel changement de limites entre Montauroux, Callian et Tanneron. Certes, Montauroux cède une partie de son territoire en 1867 pour créer la commune des Adrets-de-l’Estérel mais ce changement ne joue en rien sur les frontières avec Callian et Tanneron.

Il semble donc que Callian ait été une commune avec un territoire non-contigu jusque dans les années 1830. Malgré les efforts des différents gouvernements depuis la création des communes en 1790 pour créer des unités territoriales homogènes et contigües, de nombreux cas persistèrent au XIXe siècle et Callian fut l’un d’entre eux. Le tracé du cadastre napoléonien dans les années 1830 aura sans doute entrainé le besoin de rationalisation et la séparation des deux parties de Callian.

Il y a, enfin, un autre aspect à cette rationalisation spatiale retardée : le développement d’une mine de charbon dans les collines autour de Tanneron dans les années 1780 sur le sillon houiller du Reyron. D’ailleurs, ces intérêts économiques perdurent puisque la commune de Callian est toujours propriétaire d’environ 1500 ha de la commune de Tanneron, sur la rive droite de la rivière Briançon, là où se trouvait, avant sa fermeture en 1987, le grand ensemble de mines de fluorite de Fontsante (https://bit.ly/2Jk4MFS).

Le bassin houiller du Reyran, Geocoaching, https://bit.ly/2Unct4g